La gastrectomie verticale par laparoscopie


Une procédure restrictive

Comment c’est fait?

VSG GraphicLa gastrectomie verticale, aussi appelée gastrectomie pariétale ou « Sleeve » en anglais, est une opération qui se fait par laparoscopie. En fait, au départ, elle représente la portion restrictive de la dérivation bilio-pancréatique avec « switch » duodénal (BPD/DS). Cette intervention consiste à enlever par laparoscopie, la partie externe de l’estomac (voir l’image de gauche). Dans le cadre de cette procédure, le chirurgien de crée un petit estomac en forme de manchon plus gros que la poche créée par la dérivation gastrique Roux-en- Y, environ de la taille d’une banane. De plus, en enlevant ce qu’on appelle la grosse tubérosité gastrique, on se trouve à enlever une source de sécrétion d’hormones qui contrôlent la faim (Ghrelin). Les recherches démontrent que la gastrectomie verticale fait partie d’une stratégie efficace de perte de poids chirurgicale chez les patients ayant un IMC de 60 ou plus. Cette procédure représente une solution de rechange pour les patients souffrant d’obésité morbide dont la santé est trop fragile pour avoir recours à des méthodes plus traditionnelles. La reprise de poids ou le désir de perdre plus de poids chez les patients très obèses peuvent exiger une intervention chirurgicale supplémentaire au cours des deux années suivantes, comme la dérivation gastrique ou la dérivation bilio-pancréatique avec « switch » duodénal (BPD/DS).

Quels sont les avantages?

Selon le American Society for Metabolic and Bariatric Surgery des études montrent que les patients ayant subi une VSG perdent de 50 à 60 % de leur surplus de poids dans les cinq premières années suivant leur chirurgie*. * Sleeve Gastrectomy as a Bariatric Procedure Avertissement: Les résultats individuels peuvent varier. Contrairement à la dérivation gastrique ou à la BPD / DS qui affichent d’excellents résultats quant à la perte de poids jusqu’à 20-25 ans après la chirurgie, il n’y a pas de données sur la perte de poids avec VSG au-delà de 9 ans après la chirurgie. Des études sont en cours. Vos résultats peuvent varier. Des recherches plus récentes montrent que la VSG est une alternative pour les patients qui estiment que la dérivation gastrique est «trop» de chirurgie et que l’anneau ajustable ne leur convient pas en raison des complications à long terme. Des études sont en cours. En plus de cette perte de poids, si vous souffrez d’un des troubles suivants, ils pourront se corriger ou se régler après la chirurgie :
  • Diabète de type 2
  • Hypertension
  • Apnée du sommeil
  • Dyslipidémie
  • Asthme
  • Lombalgie et atteinte discale
  • Ostéoarthrose des articulations portantes : hanches, genoux, chevilles et pieds
  • Dermatite causée par les replis cutanés
  • Incontinence à l’effort
  • Reflux gastrœsophagien
Enfin, les avantages pour la santé acquise avec la VSG peuvent réduire votre risque de décès comme le démontre la dérivation gastrique.

Quels sont les risques?

Ces avantages ne sont pas sans risques, cependant : le décès en cours de chirurgie est probable. La chance de mourir dans les 30 premiers jours suivants la chirurgie (c’est ainsi que la médecine définit une « mort chirurgicale ») dépend de votre indice de masse corporelle, de votre sexe, du nombre et du type de troubles associés dont vous souffrez ainsi que de l’expérience du chirurgien bariatrique et de l’équipe de chirurgie bariatrique.

Risques généraux :

  • Étant donné que vous mangez moins de nourriture que d’habitude, et, par conséquent, vous consommez moins de vitamines, de minéraux et de fer, des carences dans ces substances essentielles peuvent se produire. Le manque de calcium peut causer des maladies osseuses métaboliques chez certains patients, ce qui entraîne des douleurs osseuses, une diminution de la taille, un dos voûté et des fractures des côtes et des hanches. Les femmes, déjà à risque d’ostéoporose après la ménopause, doivent être conscientes du risque accru de la perte de calcium dans les os.
  • Une anémie chronique due à une carence en vitamine B12 peut survenir.
  • Toutes les carences mentionnées ci-dessus, cependant, peuvent être gérées par une bonne alimentation et des suppléments vitaminiques.
  • La perte de poids inadéquate et le besoin potentiel de faire appel à une autre procédure peut exiger une intervention chirurgicale supplémentaire.

Les risques spécifiques basés sur l’expérience avec VSG laparoscopique à notre hôpital privé

COURT TERME (les 30 premiers jours)
Décès * 0%
Saignements mineurs 1,5%
Lacération du foie/de la rate 1,4%
Fuite anastomotique 3,2%
Infection à la zone d’insertion du port 0,9%
Thrombose veineuse profonde 0,2%
* – les cas avec IMC<59, ASA<4, OSMRS<4
LONGUE TERME (pour la vie)
Rétrécissement de l’orifice de sortie de l’estomac 2.0%
Ulcères de la poche gastrique 1.4%
Hernie à la zone d’insertion du port 0.8%
Calculs biliaires (10 ans) 17.3%
Besoin de chirurgie supplémentaire ?
Carences en vitamines/minéraux 1%
Anémie 5%

Dans quels cas cette chirurgie ne doit-elle pas être faite?

  • Maladie pulmonaire nécessitant une oxygénothérapie
  • Mobilité extrêmement limitée
  • Troubles psychiatriques ou de toxicomanie non traités
  • Troubles endocriniens tels que le syndrome de Cushing et le syndrome de Prader-Willi
  • Instabilité psychologique
    • abus de drogues ou d’alcool (non traité)
    • incapacité à suivre une nouvelle alimentation et un nouveau style de vie après la chirurgie
    • refus d’être évalué par un psychologue ou un psychiatre
Les pathologies complexes augmentent les risques de la chirurgie et sont examinées selon chaque patient.